Patronymes de la seigneurie de Diors (36) – 1433

 

1433 -Patronymes de la seigneurie de Diors (36)
A B C D E – F
ANTOINE Jehan            AUBIJOIE [-oue] André       »            Jehan
AUROUER  Guillaume      
BEAUDOULX   Etienne
           »            Jehan
BEAUFILS     Colas                   »          
 Macé
         »    Macé le Jeune
         »         Guillaume               »        Estienne
BEAUVOIS    BERNARD     Estienne             »         Pierre
           »         Estienne
BERTRAND  Guillaume
BOISRAVIERS 
de Marc
BONNET       Jehan
         »         Marquet
BOUCAUT    Estienne
         »         Jehan
BOUCHART   Michau
BOUTALON   Marquet
BOUTALONNE Jehanne
BOUTEILLER    Jehan
    »    Pasquaud (caud)
BRUNET        André
BUREAU        Jehan
BURGAT    Guillaume
            »      Jehan
la CASPINE
la CATHIN
CHALUZET    Jehan
 »              Macé
DABLOUR     Jehan
         »           Lég
(i)er
         »           Simone
DAILLAT       Denis
DALUET
alias de JEU                        Estienne
        »           [de Jeu]                            Jehan
DAUGERAY    la dame
DOUHAUT
le DOULX BIEN ASSIS
DUCELLIER     Jehan
(Dusollier)
DUMOUSTIERS  Pierre
DURANT             Macé
FAUCILLON                                  André
 »            Simon
FERRANT        Macé
FLORAT     Mathurin
G H – I – J -K M – N – O – P – Q R -S – T
GARON [-ZON]  Jehan
GENESTET
de    Jehan
GODIN          Estienne
      »             Jacquette
GORRICHON     Jehan
      »                Martin
GOUJAT          André
      »    
  (le)  Estienne
GRELET
le GROS JEHAN
dit                                  Bouteiller
GROSSE-TESTE     Guillot
GUERIN                 Pierre
GUILLOT            Estienne
GUILLOTIN [-ton]                                    Guillaume
         »              Estienne
GUILLOTON
(de)
la GUILLON-MARTIN
GUYARD            André
GUYON

HERAULT       André

JARRICART Guillaume
JEHANNIN    Estienne

 

LAMDAT   Guillaume
LABIJOIE 
cf.AUBIJOIE
LARDILLET     Jehan
LAURENT        Jehan
 »             André
 »         Estienne
 »         Marquet
LEFRERE        Louis
LIMOSIN        Jehan
LOIRBLANC
MACE (t)      Jehan
 »    
alias DABLOUR
 »    
dit MARQUAULT  BOYSNET     Jehan
MARQUET
 »   le petit Marquet
MARTIN     
Vincent
MINES           Pierre
MOREAU        Macé
 »                Jehan
 » 
dit maistre Jehan
MORELLE    Jehanne
 »       Guillemette
PECHERAT   Jehan
PELE             Martin
PESCHOT
de Beaumont
PREPETER
RABION     Michau
la REQUILLE
RICART        Adam
 le ROUSSEAU de
RULAT        André
SAINT-MOR de Jehan
SAU [ss/c] ILLON                         Simon
SENESCHAULT                              Jehan
 »           Pierre
 »            Perrot
SIBAULT       Denis
SOUCHIERE                                 Jehanne
TAB(o)UREAU                                Jehan
TARABERT Estienne
T(H)EVENIN
le  TISSIER  de
U – V – W – X – –  prénoms masculins prénoms féminins Synthèse
VAILLANT         Jehan
 »       Estiennette
 »   
dit  Jehan DENIS
VERGIER          
Philippe
VIGNAULT         Jehan
VILLATTE          Jehan
Adam                   1
André                   8
Colas                    1
Denis                    1
Estienne             12
Guillaume             7
Jehan                  33

Lég(i)er                1
Louis                     1
Macé                     5
Marc                      1
Martin                   3
Mathurin               1
Micheau                2
Pascaud                1
Philippe                 2
Pierre                    5
Simon                    2
Vincent                  1
Estiennette           1
Guillot                   1 Guillemette           1
Jacquette              1
Jehanne                3
Marquet                4  Perrot                    1
Simone                  1
________________
Total                     13
Nb d’individus ……………………117
nb de patronymes……………….   89 
individus avec prénom………..  101
 »      sans prénom………..   16
nb de prénoms masculins…19
……..  27
 »         féminins…..  8
Conclusions
Remarque : l’écriture et l’orthographe du clerc chargé de rédiger le parchemin étaient probablement loin d’être parfaites; le copiste chargé de recopier le parchemin, à la fin du XIXème s. n’a pas fait  preuve de plus de rigueur, recopiant certains mots en français moderne, ajoutant des accents où il n’ y en avait pas, supprimant des lettres et ne cherchant pas à déchiffrer des noms qu’il lisait mal: ainsi, il est probable que du SOLIER et DUCELIER soient un même personnage. Ces réserves faites, le document présente un un intérêt considérable, puisqu’il donne un état précis des patronymes à une date  et un lieu donnés, à une époque où les registres de catholicité n’existaient pas.
– 1 –
PRENOMS 
Les noms de baptême, devenus prénoms, après l’adjonction d’un surnom, sont rares : 20 prénoms pour 101 individus. Or, à lui seul Jehan  est porté par 37% des hommes recensés! C’est dire combien il devenait indispensable de compléter les noms de baptême par un ajout afin d’ éviter les confusions.
Les autres prénoms « à la mode en ce début du XVème s. : Estienne, Guillaume, André. A remarquer la présence de prénoms et d’hypocoristiques aujourd’hui disparus : Macé, Léger, Perrot, Marquet, Pascaud.
Nous ignorons les raisons de la popularité de ces noms de saints: aucun d’entre eux n’étant patron d’une paroisse; n’apparaît pas davantage l’influence des noms portés par les rois comme le seront plus tard les Henri et les Louis. 
– 2 –
PATRONYMES
 A l’inverse des noms de baptême, les patronymes sont nombreux: 89 pour 117 individus, indice= 1,3  nous sommes encore très proche d’un patronyme différent par individu. Nous voyons là un phénomène de « jeunesse » : les patronymes n’ont pas encore eu le temps de se répandre. d’un hameau à l’autre, ce qui induit également la permanence des habitants sur un site, le « manant » est celui qui demeure, reste sur place [latin: manere]. Autres critères de jeunesse :
          –  le surnom correspond -exactement- à l’activité de la personne (il est évident que par la suite les descendants exerceront des activités différentes et le patronyme éponyme ne  conviendra plus). Nous pouvons prendre à la même époque, et d’après les textes, l’exemple d’un GIGOT, à Poulaines, qui est boucher, un veneur de la cour porte le nom de REGNARS, un médecin d’Amboise, appelé au chevet du roi, se nomme POTARD. 
          –  certains surnoms n’ont pas encore acquis la qualité de patronymes, ex:
le chezeau qui fut au TISSIER de l’Âge  – aucune confusion possible, il n’y avait qu’un seul tissier au hameau de l’Âge; probablement le surnom passera aux enfants et deviendra patronyme;
même construction : les hoirs du ROUSSEAU de Monvrier.
–  certains patronymes ne sont pas encore stabilisés ,ex:
                       Jehan VAILLANT, autrement dit Jehan DENIS
Jehan MARQUAULT dit BOYSNET
Estienne GUILLOTON dit THEVENIN
Estienne DALUES alias de JEU
Jehan MACE, alias DABLOUR
le gros JEHAN dit BOUTEILLER
MOREAU dit maistre JEHAN etc.

– Notons également ce doublet :
Philippon COMPAING et Compaing BERNARD.
Compaing doit être entendu au sens de « compagnon » qu’il avait au Moyen Age dans le compagnonnage, BERNARD conserve son patronyme, pour Philippon, COMPAING est devenu patronyme.
3
ORIGINE    HAGIOGRAPHIQUE
Certains patronymes pérennisent tout simplement le nom de baptême :
ANTOINE – BERNARD – BERTRAND – CLEMENT – LAURENT – MARTIN
auxquels on peut ajouter des noms de saints moins connus aujourd’hui  mais honorés au Moyen Age : 
BONNET
evêque de Clermont au VIIème s.
FLORAT
forme masculine de FLORE, martyre espagnole du IXème s.
Certains noms de baptême ont pris des formes hypocoristiques, peut-être pour différencier les cadets des aînés:
JEHANNIN – petit Jean
MACE – forme populaire de Matthieu
MARQUET – avec renforcement du diminutif : le petit Marquet
T(H)EVENIN – forme ancienne d’Estienne après aphérèse (Es)teven,
comparer les formes modernes Steve, Steven
A noter l’évolution de GUILLAUME > avec apocope à la finale ,GUILLE > d’où le diminutif GUILLON > et l’hypoc. GUILLOTON , d’où l’accumulation des Guillaume :
Guillaume GUILLOTON, et
Martin GUILLOTON de la GUILLON
Marie-Th.Morlet (
Dictionnaire étymologique des noms de famille,P.1991) distingue GUILLON (de Guillaume – germanique Willhelm) GUYON (germ.Wido), GUYARD (germ. Withard), ces trois patronymes se retrouvent dans une même communauté, mais la méconnaissance de la prononciation et les variantes orthographiques sur un même document ne nous permettent pas de faire cette distinction.
– 4 –
ORIGINE  GEOGRAPHIQUE
Autre procédé courant, l’ajout au nom de baptême d’une précision d’ordre géographique :
LIMOSIN, pour Limousin avec article sous-entendu : Jehan le Limousin; les transfuges d’une province voisine étaient suffisamment rares pour être soulignés.
La précision topographique peut révéler un titre de noblesse:
de NIEUL, le fief de Jehan Fouquet de Nieul était situé à 4 km de Diors, lui
même tenait son fief d’un autre Jehan
de SAINT-MOR (auj.St-Maur) autre seigneurie située dans les faubourgs de
Châteauroux.
Formation identique, mais sans aucune indication d’ordre nobiliaire
Estienne de JEU (noté à tort alias de Jau ou Estienne Deseu) sans que nous puissions savoir s’il s’agit de Jeu-Maloches ou Jeu-les-Bois deux localités proches de Diors. De même :
Jehan DE VILLEMARTIN, un hameau de Coings (le Jehan en question n’a parcouru que quelques centaines de mètres!
Macé DECHINIERS, que le scribe aurait dû écrire DE CHIGNAY, autre hameau de Diors.
Origine plus vague : Pierre DUMOUSTIERS, du Moustiers renvoie à un Moustier, mais lequel ? aussi difficile à localiser Marc DE BOIS-RAVIERS.
On peut comprendre :
DE GENESTET, qui habite un lieu planté de genêts;
VILLATTE, qui habite un petit domaine (villa)
BEAUVOIS, pour Beauvoir, qui habite un lieu sur une hauteur d’où la vue est belle; mais ce ne sont là que pures spéculations. Ces quelques exemples ont au moins le mérite de montrer que la préposition [de] placée devant un patronyme est loin d’attester une quelconque appartenance à la noblesse.
Marquault de Boysnet introduit une nouvelle catégorie : celle des noms de métiers
– 5 –
LES  NOMS  DE  METIERS
 Avec l’ajout DE BOYSNET,  MARQUAULT nous fait penser qu’il s’agit moins d’un diminutif de MARC, que de l’activité d’un « marqueur » d’arbres : « marquer » (demerchier) signifiait « faire une marque sur un objet pour le distinguer d’un autre »,  « un marqueur de bois net » (ici,l’ajout de Boysnet, était laudatif), une activité importante, la forêt de Diors était estimée à 600 arpents soit approximativement 300 hectares.
      Parmi les autres activités :
                BOUTEILLER, marchand de bouteilles, ou échanson (au château?);
                DU CELLIER , le préposé au cellier;
                FERRANT, celui qui garnit de fer les sabots d’un animal;
                SAUCILLON, celui qui est préposé aux sauces, valet de cuisine;
                REBION, diminutif de RAVIER, producteur et marchand de raves;
                VERGIER, l’arboriculteur qui possède un verger et vit de ses fruits;
  VIGNAULT, un vigneron, on trouvait aussi la forme Vigner, Veigner.
On ne peut s’étonner que les noms de métiers soient rares dans une communauté essentiellement rurale, où les paysans étaient pour la plupart journaliers ou hommes de bras. Les trois derniers cités soulignent précisément des « spécialistes » et les premiers ont probablement eu leurs ancêtres éponymes, employés à la cour du seigneur.
      LUMIEUR et FAUCILLON sont-ils des noms de métiers ou des sobriquets ?
                 LUMIEUR, lumière, pourrait être celui qui porte le flambeau pour éclairer l’église pendant les offices, ou bien un sobriquet par antiphrase;
                 FAUCILLON est celui qui fauche, le diminutif apporte une précision, peut-être celle d’une petite faux, une faucille,  mais il pourrait tout aussi bien signifier   un « petit » faucheur, un piètre faucheur !
 -5-
les SOBRIQUETS
 Le dernier groupe de patronymes concerne les noms issus d’un substantif (ou d’un adjectif substantivé) indiquant une qualité, physique ou morale, ou parfois une activité, quand celle-ci – comme dans les exemples précédents- tourne à la dérision, ce qui est probablement le cas avec SENECHAULT et GOUJAT.
        un SENECHAL est un officier chargé de la surintendance, fonction qui ne peut être attribuée aux modestes occupants du chezeau de Montvrier ! Peut-être la moquerie s’adressait-elle à quelqu’un qui se donnait des airs de grandeur, ou à quelqu’un qui voulait tout régenter.
        un GOUJAT n’a pas au départ un sens péjoratif, il désigne un valet qui porte un gouge (une sorte de serpe au bout d’un long manche pour débroussailler les haies), ce valet était le plus souvent un jeune inexpérimenté; par glissement de sens , goujat a fini par désigner une personne malpropre. Cette acception est attestée dans les textes littéraires du XVIème, mais avant de figurer dans un texte, le sens s’est d’abord imposé dans la langue populaire. De plus ,Goujat est précédé de l’article [le]. Comme plusieurs exemples nous le suggéreront ci-dessous, [le] a, ici,  plus une valeur démonstrative (donc péjorative), plus proche  de son origine latine [ille], que de la valeur édulcorée d’un simple terminatif.
Le malheureux AUBIJOIS est orthographié tour à tour AUBIJOUE – AUBIJOIE – LAUBIJOIE….. ce qui traduit le désarroi du scribe qui ne comprenait pas le sens de ce patronyme, il s’agit probablement de L’ALBIGEOIS dont on affligeait les hérétiques.
          LE FRERE, avec l’article péjoratif, est-il un moine défroqué, ou plus simplement un faux-frère ?
          BEAUFILS désigne- t-il un lien de parenté, ou un éphèbe ?
  et   BEAUDOULX est-il une personne au physique et au caractère agréables ou par antiphrase, une personne laide et acariâtre ?
         PESCHOT doit avoir un rapport avec la pêche, mais le suffixe [ -ot] nous donne à penser qu’il s’agit peut-être d’un « petit » pêcheur, c’est-à-dire d’un « mauvais pêcheur » ? 
  et    PESCHERAT est-il un pêcheur de poisson ou un pêcheur devant l’Eternel ? (ou celui qui attrape les rats !)
  Un   MOREAU   est basané comme un Maure, la vie au grand air trahit ainsi le paysan par opposition au bourgeois.
          NERAUD, pour Noiraud, et BRUNET trahissent une couleur de cheveux et
          PELE ne peut pas cacher qu’il est chauve.
Un     GRELET est un chétif, un avorton,
         GORRICHON est aussi malpropre qu’un goret, qu’un porc, mais
LOIRBLANC, faut-il lui accorder une chevelure blanche comme le ventre d’un loir? faut-il en faire un dormeur impénitent? les deux ? ou lui accorder la rareté que l’on accorde au « merle blanc »?
Et      DURAND, adjectif verbal ou participe présent (cf.Rioland/Riolant) du verbe [durare = qui dure], était-il un personnage robuste, endurant, persévérant ou obstiné, têtu ?
          On mesure combien il est difficile d’interpréter les patronymes tant que l’on ignore les circonstances dans lesquelles l’ancêtre éponyme a été « baptisé »!

     
– 7 –
et les FEMMES ?
Le terrier relevant les noms des chefs de familles soumis à redevances, les femmes sont peu nombreuses à être dénommées : 11. L’examen du corpus n’est pas sans intérêt.
Elles n’ont qu’un nom de baptême et le scribe a recours à un degré de parenté:    
          –  Estiennette, fille de feu Jehan VAILLANT
          –  Léger DABLOUR pour sa fille Simone
          –  Jacquette, femme de Estienne GODIN
Elle peut avoir un patronyme, le nom de baptême n’est pas exprimé par déférence 
           –  la dame DAUGERAY (de + localité)
Les patronymes s’ accordent au féminin et deviennent matronymes: 
           – Jehanne SOUCHIER-E    Jehanne BOUTALON-NE 
           – Jehanne et Guillemette MORELLE (féminin de MOREL pour MOREAU)
         Elles peuvent aussi être affublées d’un sobriquet, précédé d’un article péjoratif (cf.ci-dessus: goujat)
        – LA REQUILLE. L’interprétation demeure ténébreuse. Le dictionnaire Godefroy du Vieux Français ne nous est d’aucun secours, le Jaubert ( Glossaire du Centre de la France) propose « équiller, assainir, réparer, ex: équiller la vaisselle, » ce qui ne peut nous satisfaire. Davau dans son Vieux parler tourangeau  évoque un jeu que les plus anciens d’entre nous ont pratiqué dans les cours d’école: quand il s’agissait de savoir qui allait être le  premier à commencer une partie quelconque, les deux « chefs de camps » s’avançaient l’un vers l’autre en mettant un pied l’un devant l’autre sans laisser d’espace,  le premier dont le pied « mordait » sur l’autre était le vainqueur. On disait alors que l’on « déquillait » ou même « béquillait » à cause de l’impression de déséquilibre ressentie. « Quille » peut donc être pris ici dans le sens de « jambe », sens attesté dans Villon. LA REQUILLE serait donc «  la Boiteuse« 
          – LA CATHIN. Cathin était au Moyen Age un hypocoristique de Catherine, le surnom avait donc au départ un sens affectueux, c’était le nom que les petites filles donnaient à leur poupée. Rey dans son Dictionnaire historique de la langue française relève le sens péjoratif de prostituée dans une citation de Marot datant de 1547, une Cathin, par glissement de sens, est devenue   » poupée/prostituée ». Le décalage dans le temps et la présence de l’article appellent les mêmes observations que pour LE GOUJAT.
           – LA CASPINE, le sobriquet est plus délicat à interpréter. A Montaboulin, sont « serfs, les hoirs de feue la Caspine » . Nous n’avons là aucun substitut à proposer. Rey 
(op.cit) souligne que dès 1450, « casser » + un  nom d’organe (casse-tête, casse-pieds, casse-cul….) était déjà en usage. L’expression fortement vulgaire pour désigner une prostituée probablement porteuse de germes vénériens, ne choquait pas à cette époque, les « fabliaux » en fournissent maints exemples. Le terme employé pour désigner le membre viril a la même origine latine (pinea = pomme de pin) que le mot plus académique : pénis. Il est attesté au XIIIème siècle et son usage devait être encore plus ancien.  

……………….    

A la lecture de cet article, un correspondant, dont nous conservons l’anonymat, nous apporte les précisions suivantes :
 » très proche de Montaboulin se trouvait naguère une auberge où se pressaient à midi les ouvriers qui travaillaient sur les chantiers voisins; la mère-aubergiste était affublée du même surnom; à nous qui étions jeunes à cette époque, elle disait volontiers:
      – vous savez les p’tits gars, j’en ai dégonflées plus que j’en ai cassées ! » 

Nous remercions notre correspondant de cette anecdote, osée certes, mais qui témoigne de la permanence d’un sobriquet, plus de cinq siècles après, et « à quelques jets de pierres » de l’endroit (comme on disait)! Elle vaut les notices onomastiques les plus savantes.
 

retour anthronymie retour accueil