Paléographie – notice Roland de Tarragon

Ecritures anciennes du 15ème au 18ème siècle par Roland de Tarragone, éd.Créer

 

 PRESENTATION DE L’OUVRAGE
L’ouvrage est préfacé par Xavier du Boisrouvray,  Archiviste Paléographe, Conservateur Général du Patrimoine 

RUBRIQUES
Paléographie, Généalogie, Histoire, Archéologie.

La Paléographie, c’est la science des écritures anciennes, c’est aussi l’apprentissage à la LECTUREde documents anciens. 

L’initiation à cette discipline nous fera découvrir toute la richesse des fonds anciens encore aujourd’hui en grande partie inexplorés en raison de la difficulté de lecture, des formes de lettres bien sûr, mais surtout des particularités et abréviations (forme de sténographie) problèmes majeurs des débutants.

 Qui ne s’est pas découragé devant un acte ancien, n’oubliez pas cependant qu’une période d’adaptation est nécessaire lorsque vous déchiffrez des documents rédigés par un nouveau scribe, familiarisez-vous avec son écriture en décryptant en premier lieu les mots les plus faciles à lire, puis revenez sur les passages à votre portée, en laissant en blanc les mots incompréhensibles, après plusieurs tentatives vous vous habituerez au graphisme et tout deviendra plus clair.

Lors de la lecture d’un document , il faudra tout d’abord se familiariser avec la forme des lettres, puis des syllabes, connaître les particularités et abréviations.

Commençons par les LETTRES : des exemples qui vont nous permettre de reconnaître le début d’un mot et par la même faciliter sa recherche, ceci après avoir relevé les pièges de certaines lettres qui suivant les scribes se confondent : les S et F, i et J, B et G, etc.…

LETTREShttp://rdetarragon.chez-alice.fr/lettres.htm

Des SYLLABES et éléments de mots (deux à trois lettres assemblées) suivent dans ce chapitre et permettent de mieux percevoir des exemples de liaisons de lettres, et affiner la recherche en début ou milieu de mot.
Exemple : Gab, Gag, Gar, Gel, etc……..

Ensuite il faudra tenir compte des PARTICULARITES, ce sont des lettres ajoutées dans les mots ou utilisées à la place d’autres lettres, ceci assez couramment, sans parler de l’orthographe très aléatoire de certains scribes, en particulier en état-civil ou les noms et mots étaient souvent écrits sous une forme phonétique par certains prêtres. Exemple : avec la lettre ( P ) ajoutée dans le mot Achepteur (acheteur), et avec ( Es ) qui remplace les é ou è et un ( P ) en plus dans Escripre  (écrire), Nopces (noces),etc …….Passons maintenant aux ABREVIATIONS : obstacle majeur dans les dépouillements, parfois l’enchaînement de plusieurs de ces abréviations rend le texte incompréhensible, il est à souligner que certaines sont utilisées en état-civil dans les noms patronymiques, ne pas les connaître mène donc à l’échec. 
                      
                     Le dossier abréviations a été scindé en 2 parties : 
Les abréviations spéciales et leurs formes , nous pouvons les classer rapidement ainsi… 

Les abréviations en fin de mot : un trait courbé, droit, recourbé ou de forme particulière sur, au-dessus ou au-dessous de la ligne d’écriture abrège la graphie des mots,

Exemples : Tut(eur) et curat(eur), Desf(unts), Eslect(ions), Sucess(ion), etc.

Les abréviations en milieu de mot : sans ou indiquée par un tilde, plusieurs lettres ou syllabes ont été supprimés, souvent seules les premières et dernières lettres sont formées.

Exemples:    Consom(matio)n, déclar(ati)on, So(m)me, Egl(is)e, etc.

En début de mot: des signes particuliers correspondent à plusieurs lettres, 

                              Autre-Pre-Tres-Ter-Trans-Ser-Cer-Mar, 

Exemple : (Autre)ment, (Pre)neur, (Tres)pas, (Ter)rouer, etc…………..

Certains SIGNES sont plus fréquemment utilisés, les apprendre est obligatoire : 

Il s’agit de :             COM, CON, PAR, PER, PRE, PRO,
que l’on retrouve aussi dans des noms patronymiques, et qui sont très souvent utilisés par des scribes de toutes régions et de toutes origines : état civil, notaire, etc… il s’agissait bien là d’un codage précis et commun à tous, c’est la sténographie d’aujourd’hui. 

Exemple avec COM, CON : (Com)modément, (Com)missaire, etc……..
 
Exemple avec PAR, PER:(Par)lement, (Par)tye, (Per)sonne, (Par)eil, etc.

Exemple avec PRO  et PRE:P(ro)pre, P(ro)mis, P(ro)chain, P(roche),  etc.

Ensuite les abréviations en Exposant, forme plus classique. 

Exemple : Cinq(uiè)me, Con(se)i(ll)er, soubs(ig)né, etc…..

Enfin quelques exemples d’abréviations avec des Mots entiers et enchaînés, qui sont en plus grand nombre dans les autres rubriques : abréviations, et mots et phrases.

Les abréviations Courantes, ex: Ahuy pour Aujourd’hui 

                       http://rdetarragon.chez-alice.fr/abrevcou.htm
 

Apprendre le contenu de ces 4 premiers dossiers : lettres, particularités, abréviations formes spéciales et courantes est nécessaire pour l’initiation à l’écriture ancienne, et aborder les autres rubriques plus sereinement. 

Il faut ensuite se familiariser avec les MOTS.

Le classement a été réalisé par ordre alphabétique, attention toutefois, l’orthographe est souvent celle de cette époque. 
Dans la rubrique Recueil, Mots et phrases, plus de 6400 fichiers images Français et Latin), ne comprenant parfois qu’un seul mot écrit sous des formes différentes, mais aussi des phrases et des paragraphes entiers comme ci-dessous, ce sont donc des milliers de mots avec leurs traductions dans la partie gauche des pages. 

Dans vos recherches, si vous avez cru reconnaître, à l’aide des lettres de l’alphabet les premières lettres d’un mot, vous pouvez peut-être en trouver des exemples commençant par ces mêmes lettres, tout en sachant qu’il ne s’agit que d’un recueil et que seuls les mots les plus couramment utilisés dans les actes dépouillés ont été relevés. 

                       http://rdetarragon.chez-alice.fr/recmots.htm

                                                  PRENOMS et NOMS

Ce chapitre est plus particulièrement destiné aux généalogistes, toujours classés par ordre alphabétique environ 800 fichiers images de prénoms en français et en latin faciliteront leurs recherches en se familiarisant avec certaines abréviations, en effet les scribes civils (notaires, greffier, etc.) et les prêtres (registres paroissiaux) utilisaient les mêmes abréviations, quelques exemples de noms patronymiques soulignent les difficultés et les risques d’erreur de traduction.                      http://rdetarragon.chez-alice.fr/prenoms.htm
                                                        un CD-ROM
Dans le CD-Rom une rubrique lecture comprenant 110 pages d’actes originaux à lire au mot à mot à l’aide d’une traduction sous forme d’infobulle (en passant la souris sur le texte). 

                          
                            http://rdetarragon.chez-alice.fr/cd.htm
 
                                               En guise de conclusion

La vie d’une ville ou d’un village peut ainsi être reconstituée, le nombre de commerces, artisans, activités et leurs situations géographiques. 
Ce sont des renseignements historiques, mais aussi, sociaux, géographiques, professionnels, généalogiques que l’on relèvera. 
C’est une mine de renseignements qui va permettre de retrouver l’histoire petite ou grande d’un lieu, ou d’une demeure, d’agrémenter une généalogie familiale, et mieux la faire revivre.

Tout ceci vous montre l’intérêt de ces archives aujourd’hui inexplorées.

Cette étude couvre une période de 1450 à 1750 avec ses exemples d’écritures extraits d’originaux, d’actes des archives notariales et d’état civil. C’est plus de 7500 fichiers images Français et Latin avec leurs traductions, et classés par ordre alphabétique.
                         http://rdetarragon.chez-alice.fr/accueil.htm
 

                                             Et le mot de l’AUTEUR

           » L’idée de ce recueil m’est apparue devant les difficultés, ou tout du moins l’impression de difficultés que l’on éprouve tous lors de nos premières confrontations avec des documents anciens, la lecture en était incompréhensible du fait de l’écriture, bien sûr, mais aussi et surtout, en raison des abréviations et des enchaînements de mots. 
       J’ai donc pris l’habitude, à des fins personnelles, de relever les formes bizarres que j’avais pu déchiffrer, la lecture d’un grand nombre d’actes notariés et d’archives utilisant des phrases et formes répétitives m’a permis de reconnaître ces abréviations, problèmes majeurs de lecture des débutants.
Avec cet important travail de compilation, j’ai pu réaliser ce recueil qui vous permettra de vous initier à la lecture d’actes anciens et qui je l’espère vous donnera le courage d’aborder ces formes d’écritures, de les découvrir et de prendre plaisir à les lire couramment.       
 Il restera bien sûr, dans les cas difficiles toujours des incompréhensions, des incertitudes, mais la majeure partie du texte et le sens des phrases vous seront accessibles.       
Vous pourrez ainsi découvrir tout au long de ces actes, l’histoire, petite ou grande de votre région, de votre village, des familles dans leurs formes de vie ; souhaitant que cette découverte devienne passion, je dis à tous bon courage et bonne lecture.  » 
                                                                                     Roland de Tarragon

   
Pour plus d’informations,vous pouvez toujours consulter
                                                 le site de l’auteur
                                  http://rdetarragon.chez.tiscali.fr

retour