retour histoire

Les Grognards de l'Empire

                                                                                                                                                        avec la participation de Jean-Louis Strauss
                                                                                                                                                       sources:
Genindre (G.Levêque/P.Texier) stehelene.org

nota: Cette liste n'est pas exhaustive, la consultation des registres étant loin d'être terminée
et ces registres étant eux-mêmes fort incomplets

Laurent RIOLAND

Laurent est né à Vicq (36) le 16 avril 1784. Il est le fils de Gatien Rioland et de Madeleine Coutant. Il appartient à une vieille famille de laboureurs convertie à la viticulture; son oncle, qui est aussi son parrain, était qualifié de "bourgeois vigneron". Gatien est lui-même vigneron. Il a 21 ans quand il est incorporé, en 1805, au 43ème régiment d'infanterie de ligne. Bien que ce soit la belle époque de l'Empire et des victoire: Trafalgar, certes, le 21 octobre, mais Austerlitz le 2 décembre, cependant,  de la gloire des armes Laurent n'a cure ! Il déserte le 23 thermidor an XIII  ( 11 août 1805). Convoqué devant le tribunal des Armées, il ne se présente pas et il est  condamné, par contumace à 5 ans de "travaux publics". Nous ignorons la nature de cette peine: réels travaux publics ou "travaux forcés" ? Nous ne savons pas davantage comment Laurent purgea sa peine et même s'il la purgea. L'état actuel de nos recherches ne nous dit pas si Laurent demeura à Vicq et s'il fonda une famille.

                                                        Jean-Baptiste RIOLAND

Ce Jean-Baptiste, né à Préaux (36), le 13 juillet 1784, est le fils de Joachim Rioland, laboureur, et de Madeleine Cosson. Par son trisaïeul, il appartient à la branche de André Rioland qui avait épousé Madeleine Barbou. Cette branche qui se trouve dans la vallée du Nahon avait glissé par Géhée jusqu'à Préaux. Jean-Baptiste ne reverra pas son village natal. Incorporé sous le matricule 1346 au 5ème régiment d'Infanterie légère, il décédera de "fièvre" à l'hôpital du Val de Grâce, quelques mois plus tard, le 23 janvier 1806. Il n'aura pas atteint sa 22ème année.

(à suivre)