retour histoire     retour accueil

 

Cro Magnon

la Venus de Wilendorf

     la Venus de Brassempouy

 

Qui sommes-nous ?


           Il faut se faire à cette pensée, que vous le vouliez ou non : vous, moi - nous sommes des Cro Magnon ! Et voici 40 000 ans que nous le sommes: à bien réfléchir, ce n'est pas si lointain, quand on sait que l'hominisation était amorcée depuis 10 millions d'années !

            Des millions d'années pour apprendre à se tenir bien droit, à trouver son équilibre sur deux jambes, à muscler ses bras, à se servir de ses mains;  précisément, ces mains soulageant les maxillaires, le prognathisme diminue, le crâne devient plus rond, plus en équilibre sur son axe et peut en conséquence accroître son volume; les aires de langage apparaissent, le pharynx s'allonge,  autant de conditions permettant l'articulation et la modulation des sons. Entre temps... 1 million d'années (?) l'homo en était venu  à domestiquer le feu: cuire, se chauffer, se protéger, s'éclairer, se réunir ! Le foyer, tout un symbole de la vie communautaire. A 350 000 ans (?) il imagine l'utilisation d'un percuteur pour obtenir des éclats de silex tranchants, etc.

            Cro Magnon tient sa dénomination d'un abri sous roche, situé en Dordogne, dans la commune des Eyzies, où fut découverte, en 1868, la plus ancienne sépulture de l'Homme d'aujourd'hui, que  d'aucuns, bien prétentieux, appellent également "homo sapiens" -"l'Homme qui pense" ! Comme si les gorilles, les orangs-outangs, les chimpanzés, les bonobos ne pensaient pas ! Eh oui, qu'il soit dit en passant, il ne reste plus que 5 espèces d'hominidés sur Terre et comme ce "sapiens" (!) est le plus terrible des prédateurs, il est bien possible qu'à la fin de ce  XXIème siècle, il reste l'unique survivant desdits hominidés !

            C'est qu'il en a fallu du temps pour faire cet "homo... sapiens"!  Néanderthal y était parvenu. Du moins, l'a-t-on cru.  Mais les préhistoriens  s'étaient un peu trop vite enthousiasmés. Cro-Magnon est arrivé, sans se presser, par vagues successives et constantes:  visage plat,  front haut, encéphale développé,  mandibule atrophiée,  menton volontaire, redressement du corps achevé, (remarque un peu vite exprimée: nos cervicales et nos lombaires peuvent en témoigner!) C'est bien cette image que vous revoie votre miroir, non?  Heureusement pour vous, pour moi, pour nous, car Néanderthal n'était que "sapiens", Cro Magnon, lui, sera "sapiens sapiens". Néanderthal survécut encore quelques dizaines de milliers d'années, il recula devant l'immigration massive des Cro-Magnon, puis disparut. Qu'au passage un Néanderthal ait bien pu s'éprendre d'une gentille, fraîche et accorte Cromagnonne, ou inversement, l'hypothèse était possible; elle ne l'est plus, elle est aujourd'hui définitivement admise. Place, donc, à notre lointain ancêtre... Cro-Magnon le sapiens, et même pour d'aucuns: sapiens-sapiens !

 

<< Néanderthal



        Cro Magnon >>

front étroit
bourrelet osseux orbitaire
prognathisme
crédit photos Wikipedia face plate
front haut
menton prononcé
 
                                    
Cro Magnon
 

     Voici donc 40 000 ans, ou à peu près, foi de carbone 14. D'où vient-il ? probablement des steppes de l'Eurasie: un jour, il s'aventure en Moravie, tournant le dos à l'immensité des steppes, il  découvre un paysage de collines boisées, notre Europe; la curiosité aidant, il s'enhardit, pénètre dans ce nouvel espace, déjà occupé par les Néanderthaliens, lesquels devant ces géants volontaires et sans complexes, reculent, reculent, on connaît la suite.

     Interrogeons maintenant la météo de cette époque: il fait froid, un froid glaciaire mais sec, donc ensoleillé. Conséquence de ce froid, la formation de gigantesques calottes glaciaires qui captent les eaux: le niveau marin est alors très bas, plus de 100 mètres au dessous du niveau actuel; ne cherchez pas la mer du Nord, ni la Manche, elles n'existent pas (encore); quant à l'Atlantique, pour faire trempette, il faut aller du côté de nos actuelles Açores ! Autre conséquence, le continent européen, immense,  n'est pas si différent des steppes asiatiques si proches.

                                           -  Comment....si proches ?

                                                            - Mais, oui, bien sûr, vous avez l'esprit déformé par la planisphère. La planisphère est une image fausse de notre Terre, consultez un globe et voyez: plus nous sommes haut en latitude plus les distances sont courtes.

    Au demeurant, les Cro Magnon ne vivent pas différemment des Néanderthaliens, ce sont des chasseurs-cueilleurs. Les steppes glacées mais ensoleillées sont à la fois  des déserts humains et des  réservoirs abondants de populations herbivores. Au fil des saisons, les Cro Magnon se déplacent  au gré des troupeaux, ils traquent les mammouths, les chevaux, les bisons, les rennes, les bouquetins, et sous les couverts boisés (très relatifs), les renards, les lapins, les marmottes, autant pour leur fourrure que pour leur chair. Les rivières fournissent les poissons dont ils font grande consommation. L'éclatement des groupes, n'exclut  pas des regroupements périodiques, comme les nomades des déserts actuels autour des puits, des points d'eaux; on échange les produits, les connaissances, les femmes aussi pour un meilleur équilibre de la communauté. La solidarité, entre groupes et à l'intérieur des groupes, est conçue comme un impératif majeur d'où une vie sociale, hiérarchisée, garante de la survie individuelle et collective. Toutefois, et c'est là où Cromagnon se distingue du Néanderthalien, il a donné (ou tenté de donner) un sens à sa vie. En d'autres termes, il a tenté de répondre au problème existentiel de la vie et de la mort.  Que l'on ne s'y trompe pas, les grottes n'offrent pas des lieux de rencontres  familières, par  leur accès dangereux voire mortel, par leur atmosphère particulière (noir, froid, humidité), elles inspirent la peur, elles créent  une atmosphère religieuse semblable aux profondeurs des forêts chères aux druides, aux catacombes des premiers chrétiens; dans  ces lieux se rencontrent les devins,  se pratiquent des rites divinatoires réservés à une élite, se diffuse l'enseignement des jeunes choisis pour remplacer un jour les Anciens.. L'art rupestre, le sacré, c'est bien ce qui sépare les deux cultures: Néanderthal et Cromagnon.

 
 

Lascaux         crédit photos, wikipédia

    
          Les millénaires ont passé,  on estime vers 20 000 ans la phase la plus froide de la glaciation; le climat, après une dernière attaque glaciaire entre 9 000 et 8 000 ans redevient tempéré et le demeure jusqu'à aujourd'hui. La fonte des glaciers  transforme l'espace géographique: les océans et les mers prennent la place que nous leur connaissons. La forêt  envahit le continent; les steppes herbeuses, les grands herbivores et les chasseurs disparaissent conjointement; Cromagnon dont l'imagination est en perpétuelle action va s'adapter. D'autres peuples, nés sous d'autres climats, suivant d'autres modes culturels mais dont la finalité demeure identique, vont se croiser, principalement en ce qui nous concerne, dans le bassin méditerranéen. A partir de cette époque, la spécificité de Cro Magnon se fond et s'engloutit dans une civilisation multiculturelle.

 

>>> la Néolithisation >>>